Douleurs, douleurs chroniques

 

Trouver un répit, un apaisement, puis une solution durable.

Wikipedia : "La douleur est une « expérience sensorielle et émotionnelle désagréable », une sensation subjective normalement liée à un message de douleur, un stimulus nociceptif transmis par le système nerveux. D'un point de vue biologique et évolutif, la douleur est une information permettant à la conscience de faire l'expérience de l'état de son corps pour pouvoir y répondre. On distingue principalement deux types de douleur, aiguë et chronique..."

La douleur est considérée dans toutes ses composantes : physique, fasciale, nerveuse, cognitive, circulatoire,...

D'une façon générale, elle est un signal de l'organisme qui va permettre à la personne d'être informée d'un problème, et d'adapter son comportement pour agir ou réagir en conséquence.

La douleur chronique est l'installation durable de la douleur. Elle est considérée comme une maladie.

Nous distinguerons ici différents types d'état douloureux.

Lorsque la douleur résulte directement d'un traumatisme physique ayant entrainé une lésion physique ou un déplacement inter-osseux, la gestion de ces problématiques sera du ressort médical, de celui de l'ostéopathe et des capacités de cicatrisation du corps.

La douleur peut être provoquée par des tensions consécutives à un choc physique (exemple : chute, coup, opération chirurgicale) ou un choc émotionnel (exemple : apprendre un deuil ou se découvrir une maladie grave), ou plus encore des deux à la fois (exemple : un accident de voiture, une agression).

Sous l'effet du choc, les fascias, muscles, nerf, artères peuvent rester tendus, créant ou amplifiant la lésion, l'inflammation, la douleur.

La thérapie des fascias permet aux différentes couches tissulaires un retour à la normale et à la personne de retrouver un état de détente et de plénitude en agissant à la source.

Les états de douleurs chroniques sont des états de douleurs installés (l'articulation de dégrade, l’arthrose ou l'inflammation s'installe, les muscles restent tendus, les trajets nerveux sont douloureux).

Ils peuvent être liés à une lésion physique, avoir une origine psychogène, neurogène ou une association des trois.

La remise en mouvement et le relâchement pourra être le point de départ d'une cicatrisation.

Lorsque nous avons mal, nous nous disons souvent : "ça va passer", ou encore, nous faisons ce qu'il faut pour que ça passe (médicament, magnétisme,...).

Et c'est bien ce qui va se passer. Si nous ne faisons rien, dans un premier temps, la douleur finit pas s'estomper ou disparaitre.

Ça ne signifie pas que la tension qui est à son origine est disparue. Le corps cesse les signaux d'alarme ou même, coupe le lien avec la partie du corps concerné afin que la personne puisse continuer à avancer.

Pendant tout le temps durant lequel une tension continue à être active, par exemple une articulation ou un organe, ce sont des ligaments ou des fascias qui tirent sur l'articulation, compriment l'organe, continue sournoisement son action, accentuant la lésion et empêchant son rétablissement. Cela peut durer des mois ou des années.

Lorsque la douleur réapparait et s'installe, il se peut qu'elle indique alors un problème plus profond, il est grand temps d'agir.

Parfois nous vivons une tension sans même nous en rendre compte mais les effets à long terme sont les mêmes.

Nous parlerons de douleurs psychogènes lorsque les tensions qui ont provoqué les douleurs ont une origine psychologique consciente ou inconsciente (exemple : auto-contrôle, figer une attitude ) ou émotionnelle (exemple : angoisse, peur,... ).

​Je me permet d'ajouter à cela des attitudes, conditionnements ou injonctions conscients ou non qui vont imprimer des limitations ou fermetures à différents endroits du corps.

Les effets dans le corps sont les mêmes que pour une douleur lésionnelle ou une douleur de tension. Ce n'est pas seulement psychologique ! Il peut y avoir là aussi une vraie dégradation tissulaire.

Les douleurs neurogènes correspondent d'avantage à l'expression de la mémoire cognitive, nerveuse et physique d'une douleur ancienne ou imaginaire.

Dans tous ces cas, la thérapie des fascias, ou fasciathérapie, est très adaptée, car, d'une certaine façon, elle parle la même langue que le corps, le même langage que celui qui est à l'origine du problème. Elle amène ainsi la détente, et parfois révèle la dimension cognitive liée à la douleur.

Francis De Paoli                       06 04 03 91 63

  • b-facebook
  • b-googleplus