Qu'est-ce que les fascias ?

Et pourquoi ont-ils tant d'importance ?

Le terme « fascia » est un mot latin signifiant bande, bandelette, qui entre dans la langue en 1806 pour désigner les tissus conjonctifs fibro-élastiques formant les enveloppes des différentes structures de l’organisme. Elle en assure le maintien. Il est intéressant de constater qu’en anglais le tissu conjonctif se dit « connective tissu » mettant en relief la fonction de liaison du fascia entre les différentes structures anatomiques.Pour le fondateur de l’ostéopathie, le Dr. Andrew T. Still (1828-1917), ce tissu est « l’endroit où il faut chercher la cause de la maladie ». Pour donner une idée de l’importance de ce tissu, le chercheur Léon Page rapporte que s’il était possible d’enlever tous les éléments tissulaires du corps à l’exception du tissu conjonctif, l’apparence superficielle du corps ne serait pas grandement changée. Comme une vaste toile d’araignée, le fascia relie la tête aux pieds et la profondeur à la superficie. Il offre au corps une unité anatomique et fonctionnelle.

Voici un tour d’horizon des localisations principales et des désignations afférentes du fascia ou tissu conjonctif.

  • Les fascias d’enveloppe des poumons, du cœur, des viscères sont respectivement nommés plèvre, péricarde et péritoine.

  • Les fascias d’enveloppe des muscles sont appelés fascias myotensifs ; ils se prolongent par les tendons constitués eux aussi de fascia et qui s’insèrent sur les os.

  • Le fascia d‘enveloppe de l’os est appelé périoste.

  • Les fascias sont également présents au cœur des articulations sous la forme notamment des capsules et des ligaments.

  • Le tissu qui enveloppe la peau (le derme en particulier) et les aponévroses sous-jacentes font partie de la grande famille des fascias.

  • Le système nerveux possède son propre fascia, à savoir les méninges (particulièrement la dure-mère), membranes d’enveloppe du cerveau et de la moelle épinière.

La thérapie des fascias agit sur toutes les structures du corps, des plus superficielles (la peau, les aponévroses, les muscles, les ligaments) aux composants les plus profonds (thorax,viscères). Son action intéresse aussi des fascias inattendus tels que le tissu osseux lui-même, l’artère et le sang.

​Les fonctions des fascias

Ils servent à soutenir et à relier les tissus : sans cette « colle » du corps nous ne serions qu’une flaque d’eau.

Les fonctions principales les plus connus des fascias sont celles d’attache, d’enveloppe, de remplissage, d’isolation, de protection, ainsi que de transport dans le cas du tissu sanguin.

Structure unique, mettant en liaison toutes les régions du corps, les fascias ont plusieurs fonctions comme accompagner et harmoniser le mouvementparticiper à la fonction de régulation tonique du corps.

Ce sont aussi des lieux d’échange des nutritifs corporels (homéostasie) et sont également garants du bon flux nerveux. Ils jouent un rôle important dans la régulation endocrinienne et immunitaire.

 

Les réactions des fascias aux chocs physiques et psychiques

Les fascias sont très sensibles à toutes formes d’agression physique, psychologique ou biologique.

Lors d’un stress, le fascia se rétracte, se crispe et s’immobilise. Cette réaction d’adaptation est en principe réversible mais il est fréquent que des tensions s’installent et perturbent l’équilibre général de l’organisme.

Les chocs physiques et psychologiques peuvent rester  « inscrits » dans le corps à notre insu. Une fragilité s’installe et permet à des pathologies plus sérieuses de se développer.

Francis De Paoli                       06 04 03 91 63

  • b-facebook
  • b-googleplus